jeudi 4 octobre 2012

La surréaliste visite de la DMZ


Aujourd'hui, petite visite très spéciale. Nous avons beaucoup hésité avant de nous y rendre, demandant conseils par ci par là.

Cette visite, c'est celle de la DMZ, zone démilitarisée (en anglais demilitarized zone). 

Créée en 1953, à la suite d'un traité d'armistice, la DMZ est une bande de terre d'une longueur de 248 km et d’environ 4 km de large, entre la Corée du Sud et la Corée du Nord.
Personne ne peut la traverser de part et d'autres.

Ce n'est donc pas un banal lieu touristique. Même si de nombreux bus remplis de touristes s'y arrêtent tous les jours.
Il s'agit d'une zone minée (il y a apparemment plus d'un million de mines sur cette zone. Gloups) et surveillée par 700 000 soldats nord-coréens et 410 000 soldats sud-coréens aidés par l'armée américaine.

Elle rappelle surtout qu'aucun traité de paix officiel n'a jamais été signé entre les deux Corée. Et que les deux pays se préparent constamment à toute agression.

N'hésitez pas à parler de la DMZ avec les coréens. Ils vous répondront volontiers même si la plupart n'ont jamais pu y mettre les pieds.

Mais la Corée du Sud ne s'est pas laissée abattre pour autant et en a fait un lieu visitable et visité !

Pour cela, vous êtes obligés de passer par un prestataire extérieur. Il est impossible de vous y rendre par vos propres moyens. Nous, nous avions choisi une version "light", n'ayant pas visité toutes les installations.


Tout commence avec l'entrée dans la DMZ. Il faut passer une "sorte" de douane controlée par les militaires qui vérifient tous papiers d'identité.

Au final, on peut dire qu'il s'agit de la partie la plus impressionnante de la visite : des barbelés, des postes de vigies, des alertes aux mines, des panneaux qui font peur. Mais aussi de nombreux messages (rubans) accrochés pour rendre hommage aux familles séparées lors de la division des 2 Corée.


Au loin, le Pont de Liberté (notons l'ironie de la situation), pont qu'empruntèrent 12 773 prisonniers libérés par la Corée du Nord en 1953.

Et puis, la visite devient quand même un peu plus "fun" avec la visite du 3e Tunnel d'Infiltration.
En effet, la Corée du Nord a creusé de nombreux tunnel en douce afin d'envahir le Sud. Ça n'a pas super bien fonctionné. La preuve, ils ont été identifiés et on peut désormais parcourir un des tunnels à pied.

Aucune photo n'est tolérée dans le tunnel mais croyez nous, la situation est comique!
On vous donne à l'entrée un magniiiifiiique casque jaune OBLIGATOIRE. Et vous descendez, pendant longtemps, très longtemps (oui, car il faudra remonter après) avant d'accéder au tunnel.
Et là, l'utilité du casque fait sens ! Le plafond est très bas, vous êtes donc obligés d'adopter une démarche pour le moins glamour baptisée par Alicia, "Jeune nain dans les mines de la Moria".

Juste en dessous, le peu d'aperçu que l'on peut vous donner. Mais on devine les casques jaunes!


La suite du programme, c'est la vue (brumeuse) sur la Corée du Nord. En gros, vous pouvez aller faire coucou à la statue de Kim !
Ici, pas le droit de prendre des photos du paysage. Vous ne pouvez pas dépasser la ligne jaune avec votre appareil photo. Et les militaires veuillent. Cela donne donc des photos de gens qui regardent la Corée du Nord que vous ne pouvez pas prendre en photo (piouf)

Nous avons été tout de même surprises par "le concept" : créer un observatoire artificiel, l'observatoire Dora, pour les touristes, au milieu de la DMZ.

(un bon camouflage de bâtiment. Mais où est-il ?)


Dernière étape de la visite : la gare ferroviaire de Dorasan. Autrement dit, un lieu construit "dans l'espoir de..."

La station est située à 700 mètres de la ligne sud de la frontière. Tout est prêt en cas de réunification des deux Corée : panneaux lumineux, douanes etc.
Notre guide nous a d'ailleurs éclairées sur le sujet : les coréens du Sud ont hâte que cela arrive un jour !

En attendant, la gare n'est visitée que par les touristes assoiffés de photos ridicules avec les militaires, profitant du fait qu'ils ne peuvent pas quitter leur poste.


Rendons donc hommage à ces pauvres militaires (le service militaire est toujours obligatoire pour les hommes durant 2 ans) envoyés à la DMZ qui se voient donc gérer un flot massif de touristes fous (et fourbes)


4 commentaires:

  1. Superbe article. Depuis pas mal de temps je m'intéresse de plus en plus à la Corée du Nord, si bien que j'aimerais un jour faire un de ces séjours touristiques supermégaaccompagnés là bas ne serait-ce que pour voir ce qu'ils veulent bien nous montrer ! Si jamais cela vous intéresse, la bande-dessinée de Guy Deslile est vraiment criante de vérité ; 1984 a servi de modèle à la Corée du Nord.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! :)

      On aurait aimé faire la visite plus longue (avec la salle de conférence sur la ligne de la frontière et tout et tout...). Cela devait être vraiment intéressant (mais trop cher pour notre petite bourse cette fois ci)
      L'ambiance d'une visite en Corée du Nord doit, elle aussi, être surréaliste. Mais la partie Corée du Nord apparait de plus en plus dans les guides de voyage (apparemment ils ont de très beaux parcs naturels)

      Ouiii, on connait Guy Deslile. Alix est une grosse groupie haha! Et son livre est "inquiétant".
      (Cela mériterai presque un article par ici dis donc.)

      Supprimer
  2. C'est vrai que ça intrigue cette situation et surement plus encore quand on voit l'explosion du sud !!

    Ca me fait toujours pensé au film JSA avec Byung et Song Kang Ho...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et l'ambiance militaire est vraiment surréaliste...

      Oh nous ne connaissons pas ce film !

      Supprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien s'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas de réponse
4) Cliquez sur Publier enfin


Voilà : c'est fait.
Et un gros MERCI !!!!